Le palmier et l’étoile de Léonardo Padura

Le palmier et l’étoile de Léonardo Padura

palmier-et-létoile-HD-NE-suite-300x460

Fernando revient passer un mois à La Havane, après 18 ans d’exil, pour enfin trouver le mystérieux manuscrit autobiographique du grand poète José Maria Heredia, auquel il a consacré sa thèse. Il souhaite aussi tirer au clair les circonstances qui l’ont contraint à l’exil. Qui l’a trahi ?

A la mélancolie du retour de l’exilé et au suspens de sa recherche, se superpose le journal de Heredia, alors que Cuba luttait pour son indépendance, ainsi que les réflexions du fils du poète, franc-maçon, dans les années 20.

Des parallélismes surprenants émergent dans la vie des trois hommes, comme si à travers les siècles, l’histoire de Cuba marquait d’un sceau fatal les destins individuels. Dénonciations, exil, intrigues politiques, trahisons semblent inévitables à tout créateur talentueux, quel que soit le moment historique qui’ lui est donné à vivre.

Leonardo Padura confirme ici, au-delà du roman noir, son talent d’écrivain. Il nous emmène à la fois dans un voyage aux origines de la conscience nationale cubaine à travers la vie de son premier grand poète romantique, et au cœur des questions que la situation actuelle impose à tous les habitants de l’île

Reinaldo Arenas (Cuba)

      « Reinaldo Arenas est un écrivain cubain, romancier, nouvelliste et poète, né le 16 juillet 1943 à Holguín. Il grandit dans une famille paysanne pauvre, son père l’ayant abandonné et sa mère s’étant réfugiée chez ses parents. Après la révolution, il étudie à l’université de La Havane puis travaille pour la Bibliothèque Nationale José Martí. Il rêve alors d’embrasser une carrière d’écrivain. Son premier roman Celestino antes de alba (Les chants du puits) s’est distingué au concours national d’écriture.

      Mais le pouvoir veut reprendre en main les Cubains. La révolution culturelle prend une facette plus dure : les écrivains doivent censurer leurs écrits, les homosexuels sont considérés comme déviants. Arenas subit les persécutions du régime castriste, mais il continue d’écrire et de vivre sa sexualité comme il l’entend. S’il ne peut plus faire paraître ses œuvres sur l’île, il parvient malgré tout à les envoyer illégalement à l’étranger. Le peintre cubain Jorge Camacho, exilé en France, l’aide à faire paraître ses livres dans le reste du monde.

Ses critiques contre le pouvoir et son homosexualité lui valent de connaître la prison et les camps de réhabilitation par le travail. Il quitte Cuba pour les Etats-unis en 1980, tout comme des milliers de « rebuts de la société » expulsés par le régime cubain.

Arenas a raconté son histoire dans sa biographie Antes que anochezca (Avant la nuit) que le peintre et cinéaste new-yorkais, Julian Schnabel a adapté dans son film Before night falls.

Arenas, qui avait appris qu’il était atteint du sida en 1987, met fin à ses jours le 7 décembre 1990 à New York.

Les éditions Mille et une nuits ont publié nombre de ses œuvres : Le Monde hallucinant (2002), Encore une fois la mer (2002), Celestino avant l’aube (2002), Fin de défilé (2003), Le Palais des très blanches mouffettes (2004), La Plantation (2004), Arturo, l’étoile la plus brillante (2004), La Couleur de l’été (2006) et Adios a Mamà (2006). »

SOURCE :  http://m.fayard.fr/

Son oeuvre :

El mundo alucinante, 1982. Le monde hallucinant 1969. Le texte français est paru avant la version originale.

Cantando en el pozo (1982) (à l’origine Celestino antes del alba (1967)). Le puits

El palacio de las blanquisimas mofetas (1982). Le palais des très blanches mouffettes

La plantation

Arturo, la estrella más brillante (1984), Arturo, l’étoile la plus brillante

Otra vez el mar(1982). Encore une fois la mer

El color del verano (1982)

El Asalto (1990)

El portero (1987)

Antes que anochezca (1990) Avant la nuit.

Mona and Other Tales (2001)Traduction en anglais d’un recueil de nouvelles parues en Espagne entre 1995 et 2001

Con los ojos cerrados (1972),

La vieja Rosa (1980),

El central (1981), ISBN 0380869349

Termina el desfile (1981).

Cinco obras de teatro bajo el título Persecución (1986).

Necesidad de libertad (1986)

La Loma del Angel (1987),

Voluntad de vivir manifestándose (1989) ISBN 9879396553

Viaje a La Habana (1990). ISBN 0897295447

Final de un cuento (El Fantasma de la glorieta) (1991) ISBN 8486842387

Adiós a mamá (1996) ISBN 0897297911

El color del verano (1982) La Couleur de l’Eté , 1980. Mille et Une nuits (2007)