Curiosités du Vieux Nice

100_3189  ————————————————————————————————————-

IMG_0052

—————————————————————————————————————–

IMG_0060

 

 

 

 

 

 

— Mélange d’époques…

————————————————————————————————————————-

—– Vendeur de chapeaux sur le Cours Saleya.

IMG_0069

 

Sans titre

 

 

 

Curiosités du Vieux Nice

— Au hasard de la Rue du Pont Vieux, ce témoignage du Moyen-âge, des arcades sur colonnes…

IMG_0021

————————————————————————————————-

———-Belle enseigne :

IMG_0022

———————————————————————————————————-

 

————–Rue de la Prefecture au numéro 16 au fond du magasin de vin se trouvent encore les colonnes d’un escalier de marbre…

IMG_0025  IMG_0024

 

——————————————————————————————————————-

 

— Couloir au 11 Rue de la Préfecture :

IMG_0027  IMG_0026

 

————————————————————————————————————————-

 

—- Emblème de Nice lors de son rattachement (provisoire) à la France pendant le Premier Empire :

 

IMG_0028

 

———————————————————————————————————————-

L’église du Gésu:

IMG_0034

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Curiosités du Vieux Nice,

— Sur la Place Saint-François à côté du Palais communal un pan de mur a été mis à nu (couvent des pères franciscains) , laissant apparaître la façade du Moyen-âge:

IMG_0005—————————————————————————————————————————- 

Arcatures lombardes de la Place Saint-François :

IMG_0007

————————————————————————————————————————————-

—-Rue du Saint Hospice, non loin de la Place Saint-François, subsiste la seule maison à encorbellement typique du Moyen-âge de tout Nice…

 

 

IMG_0046

 

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————–

———Entrée de la rue Droite en venant de Garibaldi, première maison sur la droite : une fenêtre trilobée du Moyen-âge…

IMG_0010

————————————————————————————————————-

—- Intérieur du café Indien où je prend ma noisette tous les matins :

IMG_0004

 

 

 

 

 

 

 

 

Curiosités du Vieux Nice

A partir du XIII° siècle la ville est descendue du Château et ses installée sur ces pentes en direction du Paillon. Elle installa son port aux Ponchettes.

La vieille ville comprenait une centaine d’îlots que la Révolution a supprimé pour supprimer les noms de Saints avec lesquels ils étaient baptisés. De nos jours il ne reste plus que deux emblèmes d’îlots, celui de la rue Alexandre Mari et celui de la rue Barillerie (je n’en ai retrouvé qu’un, celui de la rue Alexandre Mari :

100_3252

 

Le quartier le plus récent du Vieux Nice se trouve près de la rue Saint François de Paule, il s’appelle « le pré aux oies » (prat ai auca) en raison des marécages dûs à la présence du Paillon. Il faut se rappeler également que depuis l’Antiquité les oies avertissaient les villes des dangers d’invasions.

La rue Saint François de Paule détient les premiers bâtiments de style néo-classique:

100_3262  100_3263

 

Au 8 rue Saint François de Paule se tenait le siège de la Préfecture Française :

100_3255

 

 

 

 

Curiosités du Vieux Nice II

Les façades, balcons, les intérieurs, etc…

Rue du Malonat :

af6327_bc1edd3fdeee4c19af9d0201fc833ba6

Le lavoir de la rue du Malonat (Rue de l’Ancien Sénat) le lavoir en pierre de La Turbie occupe l’espace d’une petite place. C’est là que selon la légende locale que le bourreau lavait ses haches de décapitation. C’est ici aussi que pendant quatre siècles les bugadières venaient laver le linge, avec un bac pour le savon et un autre pour le rinçage. C’est ici aussi que se préparaient les mariages et où l’on parlait de politique.

Jusqu’en 1860, avant que Nice ne soit rattachée à la France se tenait dans l’Ancien Sénat de la Vieille Ville une Cour de Justice, cette cour abritait aussi les prisons, d’où la presence de barreaux aux fenêtres de ce bâtiment. Lorsqu’un individu était condamné mort s’il appartenait au peuple il était pendu, si c’était un noble il était décapité à la hache ou par le sabre du bourreau. Ce dernier habitait une maison accolée au mur d’enceinte du château, « la carrièra dei presoun ». Après 1860 on fit venir le bourreau de Paris, par le train il arrivait gare Thiers avec sa guillotine démontable et portative…

100_3154

100_3153

——————————————————————————————————————————————-

7 Rue du Collet :

af6327_220f843b433242b297f59918987ede98af6327_f635c2e78c7c4b74936e62e890bf29d6

voûtes en ogives du Moyen-âge…

————————————————————————————————————————————————————————–

Les chasse-roues :

— Destinés à protéger les angles des maisons lors du passage des charrettes à bras (caretoun)  jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale. Il en existe rue de la Poissonnerie, angle rue de la Loge- rue Droite, Rue Droite- Rue de la Prefecture…

af6327_9fddceaee720411587fd6da93374820a

8 Rue de la Poissonnerie :

— Datée de 1584, la maison aurait appartenu à un certain Lazare Térèse dont les initiales figurent sur la fresque. Restaurée en 1986 par Guy Ceppa ce serait la représentation d’Adam et Eve, l’homme et la femme se menacent avec des gourdins. Evocation du Jardin d’Eden ou de l’homme et la femme sauvages thème frequent au XVI° siècle après la decouverte de l’Amérique.

af6327_fd4036f003a64b4fb25b680b9c3c1f85

Rue de la Préfecture :

LE COMTE DE NICE EN IMAGES LE COMTE DE NICE EN IMAGES

Dans cette rue une plaque en italien indique que le 27 Mai 1840 le compositeur italien Niccolo Paganini fut retrouvé mort dans son appartement situé à l’entresol au dessus d’une ancienne boucherie. Il se dit que les niçois n’aimaient pas ce virtuose et sa musique, « son violon était celui du diable », il refusèrent de l’enterrer et son corps voyagea entre Nice et les îles de Lérins, il fut finalement enterré à Parme, ce qui explique la plaque en italien.