Le palmier et l’étoile de Léonardo Padura

Le palmier et l’étoile de Léonardo Padura

palmier-et-létoile-HD-NE-suite-300x460

Fernando revient passer un mois à La Havane, après 18 ans d’exil, pour enfin trouver le mystérieux manuscrit autobiographique du grand poète José Maria Heredia, auquel il a consacré sa thèse. Il souhaite aussi tirer au clair les circonstances qui l’ont contraint à l’exil. Qui l’a trahi ?

A la mélancolie du retour de l’exilé et au suspens de sa recherche, se superpose le journal de Heredia, alors que Cuba luttait pour son indépendance, ainsi que les réflexions du fils du poète, franc-maçon, dans les années 20.

Des parallélismes surprenants émergent dans la vie des trois hommes, comme si à travers les siècles, l’histoire de Cuba marquait d’un sceau fatal les destins individuels. Dénonciations, exil, intrigues politiques, trahisons semblent inévitables à tout créateur talentueux, quel que soit le moment historique qui’ lui est donné à vivre.

Leonardo Padura confirme ici, au-delà du roman noir, son talent d’écrivain. Il nous emmène à la fois dans un voyage aux origines de la conscience nationale cubaine à travers la vie de son premier grand poète romantique, et au cœur des questions que la situation actuelle impose à tous les habitants de l’île

Le testament de Lapérouse de François Bellec

 

 

le-testament-de-laperouse

Ecrit par un spécialiste de la mer, puisque F.Bellec fut directeur du Musée National de la Marine et participant à deux expéditions archéologiques à Vanikoro. Ce livre est un roman de fiction, basé sur de solides éléments archéologiques et historiques, dont l’auteur n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a écrit deux autres romans dont un ayant reçu le Prix  Eric Tabarly.

Bellec nous transporte à Vanikoro, île de l’archipel des Santa Cruz dans les Salomon en plein océan Pacifique, c’est là qu’en 1788 les navires de Lapérouse (l’astrolabe et la boussole) firent naufrage après bien des déboires. Les survivants dont Lapérouse (Jean François de Galaup, comte de La Pérouse ) né en 1741, qui s’était illustré dans la Guerre d’Indépendance Américaine, furent contraints de vivre près de 40 ans dans cette île perdue dans l’océan. En 1826, un navigateur anglais Peter Dillon y trouve des traces de l’Astrolabe, puis ce fut le tour de Dumont d’Urville deux ans plus tard, ce n’est qu’en 1964 que l’on decouvrit des objets ayant appartenu à La Boussole….

Le roman commence par un exercice quotidien auquel se prétait Lapérouse, l’Officier Chirurgien Rollin et le serviteur Caraurant, le relevé astronomique de la Méridienne, la position du soleil dans l’hémisphère sud le 14 Juillet 1789.ce jour là. Le récit les suivra de saison en saison, passant de la saison des tempêtes à celle des pluies, puis celle des orages au calendrier de bambou qui verra la fin de vie de cet explorateur. Des rappels frequents aux évènements se déroulant en France à ces époques s’entremêlant aux souvenirs biographiques de Laperouse rendent le récit interessant…

 

640px-La_Pérouse_memorial_on_Vanikoro     Relief_map_of_Solomon_Islands

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léonardo Padura (Cuba)

Léonardo Padura : né en 1955 à La Havane (Cuba)

Leonardo Padura Fuentes est l’auteur le plus célèbre travaillant à Cuba aujourd’hui. Il a écrit des scripts de films, des livres de nouvelles et une série de romans policiers traduits en de nombreuses langues. Ses essais politiques servent d’aides scolaires pour les cours dans les universités du monde entier.

Malgré tout ceci, Padura (comme il s’appelle lui-même) n’attire pas beaucoup de visiteurs de l’étranger. Les touristes s’approchent rarement de l’étude faisant l’objet de son livre, dans la banlieue de classe ouvrière de Mantilla. Non, les gens qui viennent à La Havane à la recherche d’un écrivain, recherchent la plupart du temps les traces d’Ernest Hemingway. Ils se rassemblent à l’hôtel Ambos Mundos, la première résidence cubaine d’Hemingway, et ignorent son quartier populeux de Mantilla.

Son oeuvre :

  • Cycle Les Quatre Saisons :

    • Passé parfait (1991) – Prix des Amériques insulaires 2002,  éditions Métailié, 2000

    • Vents de Carême (1994), éditions Métailié

    • Electre à La Havane (1997) – Prix Café Gijon 1995, Prix Hammet 1998,éditions Métailié, 1998 

    • L »Automne à Cuba (1998) – Prix Hammet 1999 éditions Métailié, 1999

  • Adiós Hemingway (2001), éditions Métailié, 

  • Les brumes du passé (2005), éditions Métailié, 2006 

  • Mort d’un chinois à La Havane (2011), éditions Métailié, 2001 

  • Heretiques (2013), éditions Métailié, 2013

  • Fiebre de caballos (1988)

  • Le Palmier et l’Etoile (2002), roman policier historique ayant pour héros le poète José María Heredia, éditions Métailié, 2003 

  • L’homme qui aimait les chiens (2009), roman fondé sur les dernières années à La Havane de Ramón Mercader, l’assassin de Léon Trotski, éditions Métailié, 2011

  •  padura

Mon avis sur « Electre à La Havane » :

—Un livre qui m’a transporté à nouveau dans cette ville que j’ai quittée, sur les pas d’El Conde (le comte en espagnol, le flic en français..) je me suis baladé sur ses traces. J’ai retrouvé cette atmosphère insouciante et grave à la fois, joyeuse et triste, mélange sucré salé, paradis et enfer sur terre, où tout semble permis mais où l’on se heurte à l’interdit à chaque coin de rue, chaque acte de la vie privée ou publique, où le regard de l’autre peut être autant bienveillant que fliqué…Et Padura sait nous mettrre dans cette ambiance lui qui commence sa demarche avec plein d’à prioris sur les homosexuels et qui au fil des pages ouvre les yeux, entend leurs misères à Cuba et les comprend de plus en plus…Ce bouquin est un requisitoire aussi fort que le film « fraise et chocolat »…

Style et thèmes :

Padura a une belle écriture, limpide et agréable, sa lecture est aisée et il dispose d’une importante documentation sur les thèmes qu’il aborde et ce grâce à une aide internationnale, il en est ainsi de l’homosexualité, de la peinture, de la poèsie, du nationnalisme, de l’intolérance religieuse et du racisme..etc…

Classifié comme auteur de polars, il ne faut pas s’attendre à trouver dans ses oeuvres des enquêtes à l’américaine ou à la française. En fait, son policier « le Cond » dans ses premiers ouvrages est anti-flic, il réchigne à suivre le système et il n’a qu’une envie, quitter la Police. 

Il le fera, et deviendra « Privé » puis « chercheur de livres rares », dans « Hérétiques » son dernier ouvrage notamment. Mais dans cette évolution deux axes le guident : son amour des enquêtes et son amitié avec ses « potes » d’enfance dont « El flaco », « El conejo » etc…

Connus sur les bancs de l’école, chez lui rien ne vaut un bon repas entre amis et une bouteille de rhum ou de bière, ah si, peut être son amour d’enfance qu’il poursuit d’oeuvre en oeuvre…

Sur « les Hérétiques »  :  http://aaronguide.com/2015/04/08/les-heretiques-de-leonardo-padura/

CUBA-LITERATURE-PADURA