Céphalées…

400x267-Cephalee_5694206

Existes-tu vraiment..?
ou n’es tu que vain désir..?
reflet du soleil sur un tesson de verre…
étincelle dans les braises du desert…
clapotis de l’eau sur les rochers d’une cascade
mirage flottant sur le sel du Djerid…
ou clin d’oeil sous un voile berbère…

M’as tu seulement aimé..?
Toi que j’ai cru entrevoir sous le porche des cloîtres…
dans les ruelles sombres des bars de Pigalle
et jusqu’aux quartiers mal famés du Panier de Marseille…

Je t’ai suivie pourtant brebis égarée dans les rues d’Amsterdam
sous les ponts de Venise, les ramparts de Raguse
tu jouais à cache-cache entre les dolomites
et dans les ruelles écroulées de la parèdre Tanit…

Ignorante, égoïste et hautaine
j’ai bu jusqu’à la lie le vinaigre de ton dédain.
J’ai renié ma famille, j’ai renié mes amis
comme cet apôtre incertain au mont Sinaï

N’es tu donc que sable, poudre et artifices
chimère grimaçante au flanc des cathédrales
prostituée vulgaire dans les échoppes du Caire
chair écartelée sous le pinceau de Matisse

Epouse éphémère, amante vénale saches
que ma haine te poursuivras jusqu’aux confins de la Terre…

Toussaint Sbreccia

Mango

ac454021a5041057f90e3306c02295ebTerrasse de la cafetaria « Le Golfo » Angle Malecon y Gervasio, ambiance caliente, tenue legere, accessoire : un puro Cohiba en la boca…
Lorsque la douleur devient insupportable, lorsque le feu brûle mes veines, ma plume vagabonde sur ton corps de mulata…
Ton parfum de canne a sucre me transporte au cœur de cette île tropicale côtoyant les manguiers, les mameyes et les chirimoyas.
Tes hanches se balancent, tes seins se meuvent en des vagues de plaisir dans cette rue noyée par la chaleur de l’averse électrique…
Je te suis du regard pour ne rien perdre de toi ma fleur de flamboyant, mon baiser de papaye. Tu es belle comme ce rivage du Malecon, tu es désir, tu es passion…
Tu ravives mon cœur, mes artères bardées de fer, tu es mon sang, tu es ma vie. En toi ce sont les filles des îles qui chantent la salsa et dansent langoureusement au son des Kongos…
Les heures s’écoulent lentement sous les caresses de ta peau couleur chocolat, effaçant la misère des édifices en un soleil de renouveau…
Les bruits de la rue renaissent après l’orage, les enfants s’approprient l’espace et les marchands ambulants couvrent ton rire qui disparaît au coin de la calle.
Vision enchanteresse, moment d’éternité, je reste seul assoiffe de te revoir mon mango d’amour, ma fraîcheur exotique…
Toussaint Sbreccia

Les livres d’Histoire et de voyages, critiques de livres

 

535146_coupe_soucoupe_herbe_livres_2048x1367_www.Gde-Fon.com_-820x547

Ce blog en parallèle avec une visite des curiosités du Vieux Nice vous propose de développer votre goût des voyages, en vous présentant sous formes de critiques, des livres d’histoire et de voyages.

Chaque livre publié ici sera accompagné d’un petit résumé, éventuellement d’un mot de l’éditeur et d’un avis personnel que je vous soumettrai. De plus une fiche sera établie par auteur, ceux ci étant choisis pour le dépaysement qu’ils peuvent procurer. Cela pourra être Léonardo Padura, Elif Shafak, Pedro Juan Gutierrez, Blas de Roblès, Luis Sepulveda, etc..etc. Ils sont Chiliens, Cubains, Français, Turcs, de tous horizons, avec eux nous parcourrerons le monde. A bientôt sur Aaron guide.

Découvrir cet auteur sur Babelio.com